Dans cet article vous allez voir comment devenir traducteur freelance, même si aujourd’hui vous partez de zéro.

A la fin de cet article, je vous donnerai la liste des écoles qui peuvent vous diplomer traducteur

Pour le faire en freelance, ce qu’il vous faut, c’est juste  maitrisez au moins 2 langues :

  • La langue que vous devrez traduire
  • Et celle qui servira de traduction

Être traducteur indépendant, c’est quelque chose que beaucoup de monde aimerait faire, mais quand on ne sait pas par où commencer, c’est assez compliqué.

Alors je vais vous expliquer comment faire, et dans les détails.

Bonne lecture !

La METHODE 3Xi pour générer 5000€ en freelance

Tous les freelances vont me détester !

Se lancer en freelance pour traduire

Pourquoi choisir de traduire en freelance plutôt qu’en entreprise

Vous avez peut-être entendu parler des traducteurs indépendants qui vivent des services de traduction.

Mais est-ce que vous savez qu’on peut aussi devenir traducteur pour des entreprises ? C’est une vraie question à se poser avant de lancer son activité.

Pourquoi être freelance plutôt qu’employé ?

Et j’imagine que si vous lisez cet article c’est parce que vous posez ce type de questions :

Est-ce que je veux vivre de la traduction

Si oui, en tant que freelance ou employé ?

L’avantage d’un employé c’est qu’il n’a pas de prospection à faire pour trouver ses clients. Toute sa clientèle vient du renom de son entreprise. Et en plus de ça, il a la sécurité du chômage et 5 semaines de vacances par an.

Un freelance quant à lui, a moins de sécurité. Par contre, il a beaucoup plus de flexibilité et de liberté.

Il faut donc faire un compromis entre la sécurité de l’employé, ou la liberté de l’indépendant. Et très souvent, c’est vers le freelancing que les traducteurs se tournent.

L’avantage quand on travaille dans la traduction (on y reviendra), c’est qu’on acquiert une expérience professionnelle très riche, et nourrie de nombreuses aventures qu’un employé ne connaît pas.

D’ailleurs, aucun rapport, mais je vends une formation pour devenir freelance, faites-en ce que vous voulez, vous êtes libre :

=> https://blogindependant.com/freelance/

On passe à la suite

Faut-il un diplôme pour vivre comme traducteur ?

C’est une question qu’on se pose souvent avant de commencer. Et c’est là l’autre différence avec le monde du salariat.

Non, en freelance vous n’avez pas besoin de diplôme. D’ailleurs c’est vraiment une question qu’on ne vous posera jamais.

Dans le secteur de la traduction, ce qui compte c’est de savoir traduire. Tout le monde s’en moque de savoir si vous avez un papier venant de je ne sais quelle école.

Si vous parlez Français et que votre langue maternelle est l’espagnol, si vous êtes bilingue, c’est uniquement ce qui compte pour être traducteur.

Vous savez traduire de l’espagnol vers le Français, et vis versa ? Alors vous avez les compétences pour monétiser vos services de traductions comme tous les autres freelances qui le font déjà.

Le métier d’interprète indépendant ne demande aucun diplôme tant que vous savez traduire une langue A vers une langue étrangère B.

Maintenant, vous aimeriez savoir quelle type de missions réalise un freelance dans le domaine ?

C’est justement ce qu’on va voir ensemble.

Les domaines d’activité dans la traduction en freelance

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on ne devient pas traducteur par hasard et qu’on ne traduit pas n’importe quel texte ou n’importe quelle discussion, sous prétexte qu’on connaît la langue.

Pour vraiment réussir son service de traduction, il faut se spécialiser dans un domaine précis et en devenir un expert.

Je le dis souvent dans mon blog, mais vous ne vivrez pas de votre activité de freelance si vous n’êtes pas l’expert de votre catégorie.

Traducteur freelance littéraire

Quand on travaille dans la traduction, on peut vraiment faire tout ce qu’on veut. 

Je ne vais pas détailler chaque point, mais vous pouvez par exemple travailler dans le milieu de la littérature et en devenir l’expert.

C’est un milieu très riche, et en même temps que vous traduirez, vous apprendrez tellement de choses que vous serez passionné par votre job.

Traducteur dans la langue des signes

On connaît tous les traductions de documents, la traduction d’une langue étrangère et même la traductions des conversations téléphoniques.

Mais est-ce que vous savez qu’on peut aussi se mettre au service des malentendants, en faisant de la traduction dans la langue des signes ?

Vous n’imaginez pas à quel point c’est gratifiant de travailler et de se sentir utile en même temps. Personnellement, je connais une super freelance qui travaille dans le domaine et elle est tellement plus qu’épanouie !

Traducteur freelance assermenté

Vous saviez qu’on pouvait aussi être traducteur indépendant assermenté ?

Vous ne savez pas ce que ça veut dire ? Je vais vous l’expliquer le plus simplement possible, dites-moi en commentaires si vous avez des questions.

Un traducteur assermenté c’est un traducteur freelance, qui est lié par un serment sur une durée de 5 ans renouvelable, valable dans toute la France.

Son rôle est de consacrer une partie de son temps pour apporter son expérience à la justice Française. On lui demande en quelque sorte de faire de la traduction juridique.

Comme quoi, on peut vraiment travailler partout quand on maîtrise plusieurs langues.

Traducteur technique

Je vais m’arrêter avec ce dernier, mais il y a encore plein de domaines dans lesquels un traducteur peut travailler (comme par exemple la comptabilité et la finance…).

Le traducteur technique, c’est celui qui est spécialisé dans un domaine précis, comme un art spécifique, un savoir faire, une sciences, un lieu particulier …

En bref, il maîtrise un sujet pointu et il en est un vrai expert.

On peut le trouver dans le domaine médical, juridique, informatique, ou encore, dans le domaine politique.

A partir du moment où vous êtes freelance, et spécialisé, vous pouvez faire exactement ce que vous voulez.

Les missions du traducteur freelance

Comment trouver des missions de traduction ?

Vous avez à peu près cerné le métier je pense.

Est-ce que ça vous dirait que je fasse juste une liste à puce de toutes les missions qu’on peut vous donner en temps que traducteur ?

Après je vous expliquerai comment trouver vos clients pour démarrer votre activité et être vraiment indépendant.

Voilà tout ce que vous pouvez faire :

  • Faire de la traduction à la personne
  • Être interprète en langue des signes
  • Travailler avec des organisations internationales
  • Être interprète de conférence
  • Travailler dans l’Audiovisuel
  • Traduire des conversations téléphoniques
  • Faire de la traduction littéraire
  • Être rédacteur
  • Faire de la traduction de documents
  • Être correcteur
  • Faire du sous-titrage

Bref, c’est très très très varié vous voyez.

Trouver des clients

Si vous vous lancez aujourd’hui par exemple, il vous faut un moyen de trouver des clients rapidement.

Et pour ça, il y a plein de façons de faire, mais la meilleure sera d’utiliser les sites de traducteurs freelances à disposition. En voilà une petite liste :

  • codeur

Avec ça, je pense que vous avez de quoi trouver vos clients très rapidement.

Il vous suffit de vous créer un compte et de répondre aux appels d’offres qu’on vous fera pour signer vos premiers contrats et commencer à vivre de votre activité !

Journée type d’un traducteur freelance ? 

La journée type d’un traducteur qu’est-ce que c’est ? En fait, ça n’existe pas.

Et c’est là l’énorme avantage d’un freelance.

Parce que qui dit freelance, dit totale indépendance. Vous n’avez de compte à rendre à personne.

Vous pouvez tout aussi bien traduire vos textes sur une plage au fin fond de la Thaïlande, que le faire en plein Paris. Tout dépend de vous et de vos choix.

Comme vous n’avez pas d’horaire, vous êtes totalement libre de répartir votre temps de travail comme vous le souhaitez.

Si une mission proposée ne vous plaît pas, vous êtes libre de la refuser, tout simplement, et personne ne vous en voudra !

Que vous soyez dans la traduction technique, dans le copywriting, que vous donniez des cours particuliers, ou que vous ayez une combinaisons d’activités, les sites que je vous ai donnés vous aideront à  trouver les missions dont vous avez besoin.

Vous trouverez des missions quelque soit votre domaine, et quelque soit l’emploi du temps que vous désirez établir dans votre vie.

La structure juridique à choisir

Maintenant on va parler des différentes structures juridiques pour vous lancer en freelance.

Il y a 3 façons de se lancer :

  • Soit vous choisissez de créer une auto-entreprise et de devenir auto entrepreneur. C’est le statut le plus simple et le plus flexible. Pour l’obtenir, il suffit d’installer l’application bancaire Shine (sur votre téléphone) puis de répondre aux questions qu’on vous posera. Ensuite vous recevrez l’immatriculation (SIRET) de votre entreprise et vous pourrez facturer vos premières prestations de traduction.
  • Soit vous optez pour une EURL ou une EIRL. Là c’est plus complexe, ça va vous coûter de l’argent pour vous lancer et pour fermer votre activité si un jour vous arrêtez. C’est vraiment pas ce que je vous conseille. J’ai écrit un article sur le sujets qui vous aidera
  • Ou alors, vous optez pour le portage salarial et vous passez par une société de portage. Dans ce cas vous gagnerez moins d’argent mais vous n’aurez pas de démarches administratives à gérer. Une entreprise le fait pour vous.

Réussir une activité de traducteur

Les outils qui aident dans le travail

Rien n’est obligatoire, mais c’est toujours mieux si vous avez des conditions générales de vente pour mettre des limites à vos prestations. De cette manière vous éviterez tout abus de la part d’un client.

Imaginons que vous êtes traductrice, et que vous traduisez de l’anglais vers le français pour une famille de touristes. Si un malentendu fait que la famille refuse de vous payer, vous faites comment ?

C’est là que les conditions générales de ventes vous aideront. J’ai écrit un article avec un modèle à copier/coller pour votre activité. Si vous voulez des bonnes CGV c’est ici.

Autre chose qui peut vous aider. Il y a des très bons traducteurs automatiques qui réduiront votre travail par 10. Il y a par exemple DEEPL et Translator tools que je vous invite à aller voir.

Vous n’êtes pas obligé de tout traduire à la main, si vous avez des outils qui vous aident c’est encore mieux. 

Le salaire moyen du traducteur freelance

Dans le milieu on cherche souvent à avoir une estimation du salaire moyen d’un traducteur. Mais ça dépend de tellement de choses que je ne pourrais pas vous dire.

Si vous traduisez pour des particuliers ou pour un ambassadeurs, les prix sont complètement différents. En général, quand il s’agit de traduire un texte, il y a un prix au mot, il se situe entre 0,04 et 0,21 centimes par mot traduit.

En moyenne, un traducteur indépendant gagne entre 1500 et 3000€ par mois, mais il peut très largement dépasser ce chiffre s’il focalise son travail sur une clientèle qui a de l’argent.

Bref, ça ne dépend que de vous et de votre motivation, alors au boulot !

Avant de terminer cet article, je vous avais promis que je vous donnerai une liste de formation certifiantes pour assurer votre activité, alors la voilà.

Les formations pour devenir traductrice ou traducteur

Pour être devenir traducteur et être reconnu aux yeux de la société et de l’Etat (pas besoin si vous êtes freelance), il vous faut quelques validations.

Vous devez être titulaire d’une :

  • Licence de Langue littérature et civilisation étrangère,
  • Licence de Langues étrangères appliquées

Et continuer jusqu’en BAC +5

SI vous cherchez des établissements réputés pour avoir un diplôme qui a de la valeur, en voilà 4 :

  • l’ESIT
  • l’ISIT 
  • l’INALCO
  • l’ITIRI

A vous de vous y inscrire pour devenir un expert de votre domaine !

Mon article se termine ici, j’espère que je vous ai donné goût au métier et que je vous ai aidé à discerner.

Si vous avez la moindre question, écrivez-la dans les commentaires et j’y répondrai

Bonne traduction !

Leave a Reply

Your email address will not be published.